Language choice

Blog de Katherine Pancol

BlaBlaBlog

Consolation pour parents d’enfants récalcitrants…

Je vais de rire en merveille avec le livre sur Feydeau. (Henry Gidel. Éditions Flammarion)
Dernier fou-rire, hier soir, avant de m'endormir.

Le père de Sacha Guitry, Lucien, se désespère parce que son fils est un cancre :
- Sacha, tu m'inquiètes ! À 18 ans tu es encore en sixième ! Et j'ai peur que tu ne te maries en sixième et peut-être même que tu ne meures en sixième ! Alors je me demande s'il ne vaudrait pas mieux renoncer.

Sacha Guitry renonça aux études.
La suite, vous la connaissez ! 

Conseil pour écrire

Conseil de Gustave Flaubert au père de Georges Feydeau, Ernest, qui écrivait mais passait beaucoup de temps à courir les femmes : 
"Misérable, si tu répands ainsi toujours ton foutre, il ne t'en restera plus pour ton encrier. C'est là, le vrai vagin des vrais gens de lettres !"
Ainsi parlait l’auteur de Madame Bovary.

Pas très women's lib', Gustave !
Georges Feydeau surpassa son père : il écrivit ET courut les filles.

(Extrait de la biographie de Georges Feydeau, par Henry Gidel aux éditions Flammarion. Un livre drôle, appétissant, brillant).

Joyeux Noël!

Joyeux Noël et bonne année À VOUS toutes et tous... 

Belle année 2017...

Tous mes vœux de bonheur !
En cadeau cette phrase d’Ingrid Bergman : « le bonheur, c’est une bonne santé et une mauvaise mémoire » !
Je l’aime bien, celle-là !

Utile

Le matin, je me lève, je fais mon thé, deux tartines beurrées plus une pour Boy, je mâchonne, rêveuse, le temps de me réveiller et je file vers l'ordinateur et ma table de travail.

Jusque là, rien de palpitant. Du nan nan pour lapin qui baille.

Je taille un crayon, relis mes notes, me gratte un sourcil, relève les mails sur mon site… Vos mails avec des mots qui me me palpitent d'émotion.

Je ne suis pas toute seule dans mon sous-marin jaune. 

Et puis certains matins, comme hier, je tombe sur un mail qui me renverse.

Celui de cette lectrice qui avait lu Muchachas.

"… cette sombre histoire de femme "coincée" dans sa condition mais qui, par un combat intérieur, arrive à s'en sortir. Il y a trois ans, après avoir dévoré votre livre, je l'ai reposé et je me suis demandé si, moi aussi, je n'étais pas coincée dans ma vie. Étais-je heureuse ? Avec un compagnon sans emploi, paresseux et violent de surcroît ? Je vous laisse imaginer que non. Et puis un jour, en me prenant un énième coup de poing en plein visage, allez savoir pourquoi, votre livre m'est apparu dans ma tête comme si c'était lui qui me frappait pour me réveiller. Alors je suis partie en emportant ma carcasse et surtout ma petite fille. Aujourd'hui, j'ai 25 ans, je vais me marier avec un homme magique et nous montons petit à petit nos projets de bonheur. Je ne vous remercierai jamais assez d'écrire car, malgré vous, vous m'avez sauvée." 

UTILE. UTILE. J'avais été UTILE. 

Et j'ai dansé la java dans mon sous-marin jaune.