Language choice

Blog de Katherine Pancol

Ainsi va la vida...

Ainsi va la vida...

Sieste dans le patio. Marie Laforêt chante "mon amour, mon ami" à la radio et moi, allongée sur un petit lit d'enfant façon cage rouillée, je lis Richard Russo, "Le déclin de l'empire Whiting". Un roman fleuve miam miam crunchy.
À mes pieds, une citronnade. Les palmiers bruissent, une bicyclette rouge est appuyée contre un arbre, un abat-jour se balance sous les arches en briques rouges, une longue table bleu ciel attend deux visiteurs. Bonheur.

Hier c'était journée interviews. Presse écrite, radio, télévision. Je me débrouille avec mon espagnol de lycée mais je comprends tout. Ouf !
On y est allés tous les quatre : Juan, Willy, Marjorie. On forme une sacrée bande. On disserte sur la vie, Juan est expert en étymologie et racines grecques, Marjorie brandit le poing contre toutes les inégalités, mensonges, corruptions et Willy conduit en faisant la programmation musicale.

Ce matin, on a filés à l'université UPSA pour une conférence sur la violence contre les femmes en Bolivie. Amphi plein. Garçons et filles attentifs. Est-ce que les mots ont du pouvoir quand il y a urgence ?
Dans la rue un graffiti disait : "Tout change si tu changes".
Triste médaille : la Bolivie est le premier pays pour la maltraitance des femmes en Amérique du Sud. Coups, homicides, humiliations, le gouvernement a décidé de lancer une campagne nationale.

C'est pour ça que je suis là avec mes Muchachas. Interventions multiples. Débats. Entre deux rendez-vous je file à la Casa Patio. Nicole me fait une citronnade glacée et égrène tous les villages paradisiaques en Bolivie, Colombie, Brésil. Je les note et me promets de tous aller les voir. Sans exception. Chiche ?